France Alzheimer 06 - La Maladie

La maladie

Le nombre de malades d'Alzheimer double tous les 3 ans.

  • La maladie

    Physiologie, troubles, traitements, demences ...

  • Les droits

    La protection juridique, les droits sociaux, l'allocation personnalisée d'autonomie, ...

  • Nos missions

    Informer, nos actions, l'accueil de jour, les groupes de paroles, la formation, ...

  • Livres & Liens utiles

    Pour encore plus d'information !

La maladie

Troubles

La maladie d´Alzheimer est la conséquence d´une longue et lente altération cérébrale. Le plus souvent, les symptômes du début sont si subtils et leurs caractères si insidieux que la famille n'en prend conscience que tardivement.


L´expression clinique de la maladie d´Alzheimer
L'une des caractéristiques les plus frappantes de la maladie d'Alzheimer est l'apparition de modifications du comportement antérieur. Plus tardivement, au cours de la progression de la maladie, des comportements souvent imprévisibles apparaissent même si, le plus souvent, le comportement social est longtemps conservé.

Ils peuvent être irritants, gênants pour l'aidant et l'entourage, parfois dangereux pour le malade et pour les autres.

Ils sont toujours une source de stress pour les membres de la famille et même pour les aidants professionnels.

Fréquemment la consultation est demandée par la famille pour des troubles de la mémoire, du langage, des difficultés d´écriture, des troubles du sommeil souvent associés à un état dépressif et anxieux.

Les troubles de la mémoire prédominent dans 3/4 des cas. Mais il faut cependant noter qu´ils sont fréquemment masqués par la persistance des automatismes sociaux et par une présentation générale du malade qui peut donner le change pendant longtemps. Le déficit mnésique porte d´abord sur des éléments récents comme les emplacements d´objets usuels, des détails de la vie quotidienne,...
Plus tard, la personne oubliera des évènements plus significatifs. Il faut noter qu´à cela peut s'ajouter une désorientation temporo-spatiale

L´apparition du trio aphasie/apraxie/agnosie est également très évocatrice de la maladie d´Alzheimer, ainsi que le déni.

L´aphasie, trouble de la communication, est une difficulté à former des phrases, à trouver des mots ou à les utiliser de façon correcte.

L´apraxie constitue un trouble du savoir-faire qui se caractérise par l'incapacité à accomplir des gestes simples et complexes.
Les répercussions sur la vie quotidienne sont très importantes : par exemples, incapacité à faire sa toilette, à cuisiner, ou à s´habiller...

L´agnosie, trouble de la reconnaissance d´objets, de visages, de lieux conduit le sujet malade à confondre son parent avec quelqu´un d'autre, et à plus se reconnaître dans un miroir ou ne plus se repérer dans son environnement. Ce trouble entraîne parfois des comportements pathologiques comme la fugue, le délire, la paranoïa.

Le déni et l´anosognosie : Ces troubles se caractérisent par le fait que la personne ne se croit pas malade et nie l'existence de symptômes,pourtant perçus par son entourage. Un état dépressif est souvent constaté au début de la maladie. Des comportements passifs comme la perte d´initiative, un début de désinvestissement affectif, une indifférence aux choses apparaissent souvent. A contrario, le malade peut présenter des périodes d´agitation caractérisées par une forte irritabilité, des activités sans but, un comportement sexuel inadapté, une déambulation pathologique... Le malade peut passer d´un état à un autre, très rapidement, dans une même journée...

Les troubles de la mémoire
Les personnes malades commencent par oublier des faits immédiats ( oubli et/ou perte d'objet).Ensuite vient l'oubli des évènements récents( Rendez-vous, répétition des mêmes phrases.).
Plus tard l'amnésie devient globale et handicapante. Elle perturbe leur vie sociale, leurs relations affectives car il leur devient impossible de se souvenir de l'identité et des liens des membres de la famille, et des amis.

Comment faire face aux troubles de mémoire ?
- Rassurer la personne malade
- Garder une attitude positive
- Conserver la place des objets courants
- Conserver la place des objets courants
- Faciliter l'accès à leurs affaires nécessaires à l'usage quotidien
- Créer des routines, habitudes qui serviront de repères
- Avoir recours aux tableaux d'affichage, aux symboles sur les portes, aux éphémérides, aux photos portant l'identité.des personnes connues. - En parler en à votre médecin et à votre orthophoniste

Les troubles du langage
Les troubles du langage tels que perte du mot, emploi d'un mot pour un autre, prononciation perturbée s'aggravent progressivement. La compréhension faiblit et se ralentit, les moyens d'expression se réduisent chez le malade.

Il peut arriver également que le patient conserve des tournures de phrases correctes mais dont le contenu n'a aucun sens. La communication non verbale prend alors de plus en plus de place.

Que faire pour mieux communiquer au quotidien ?

- Parler brièvement, simplement, clairement en regardant bien votre proche en face.
- Donner un seul message à la fois.
- Maintenir le contact par le regard et le toucher.

Votre orthophoniste peut vous aider

Les troubles de l'alimentation
On peut observer des modifications du comportement alimentaire pouvant aller de la boulimie à l'anorexie. Les malades peuvent oublier de manger, sauter un ou deux repas, être incapables d'interpréter la sensation de faim, oublier où et comment aller chercher à manger.

Ces attitudes sont sources de conflits majeurs entre le malade et son aidant.

Que faire en cas de troubles de l'alimentation ?

- Adapter les heures et le contenu aux besoins de la personne,
- Veiller à ce que le patient boive suffisamment,
- Penser au goût amer de certains médicaments,
- Prévoir un temps suffisant et veiller à conserver la notion de plaisir au moment des repas,
- Veiller à une bonne hygiène bucco-dentaire.

Contacter votre médecin et votre dentiste

Les troubles psycho comportementaux
Ils se définissent comme des attitudes et des conduites inadaptées aux lieux et aux situations.

L'agressivité
L'angoisse et la peur, l'agitation et la nervosité, la frustration et la colère peuvent provoquer un comportement agressif.

Vous n'éviterez pas toujours un tel comportement, mais il est prudent de réfléchir sur la façon d'en limiter les conséquences pour la personne malade, pour vous-même et pour les autres.

Comment y faire face ?

- Veiller au confort physique de la personne malade : Des vêtements trop serrés, la constipation, la sensation de faim, la déshydratation, tout comme certains traitements médicamenteux peuvent provoquer un état confusionnel et déclencher ainsi une crise d'agressivité.
- Veiller à conserver un maximum de repères stables afin d'éviter les perturbations.
- Rester calme et rassurant.
- Proposer une distraction.
- Ne pas vous opposer à elle et ne pas essayer de la raisonner.
- Veiller à votre propre sécurité, pour pouvoir vous protéger.

En parler en systématiquement à votre médecin.

La déambulation et l'errance
Il s'agit de troubles très fréquents.

La déambulation se manifeste chez la personne malade qui va marcher parfois pendant des heures sans but apparent et sans en ressentir la fatigue.

L'errance se manifeste chez les patients qui ont un but précis, qui tentent de retrouver une situation, un endroit ou une personne connue. En cours d'errance, le patient peut l'oublier et ainsi se perdre;

La tombée de la nuit qui peut provoquer un sentiment d'angoisse est un moment propice à cette perte d'orientation dans l'espace et le temps.

Quelle qu'en soit la raison, la déambulation et l'errance sont une source d'inquiétude pour les aidants dans leur vie quotidienne.

Comment y faire face ?
- Conserver une alimentation équilibrée et une activité physique satisfaisante.
- Sortir régulièrement avec le patient permet de diminuer l'errance.
- Maintenir un environnement stable.
- Proposer des activités occupationnelles et distrayantes.

Vous pouvez également prendre les précautions suivantes:
- Avertir les voisins et commerçants de la pathologie.
- Veiller à ce que la personne ait toujours un moyen d'identification ( bracelet, étiquettes sur les vêtements portant les coordonnées des personnes proches).
- Veiller à ce que quelqu'un connu du malade reste au domicile pour l'accueillir.

Les Hallucinations

Les hallucinations sont assez fréquentes chez le malade.
Ces dernières leur font voir, entendre ou sentir des choses qui n'existent pas et qui sont généralement désagréables. Ceci conduit le malade à inventer et fabuler en mélangeant passé et présent, réel et imaginaire.

Comment y faire face ?
- Rassurer, expliquer à la personne sans la contredire.
- Détourner son attention.
- Couvrir de voilage les miroirs.
- Veiller à un bon éclairage.

Les Troubles de la Sexualité
Dans 3 à 6% des cas, les patients peuvent avoir des comportements qui paraissent déplacés ou impudiques (déshabillage, se promener nu, gestes à connotation sexuelle).
Ils peuvent résulter de la perte du sens de l'interdit, du manque de possibilité d'une expression sexuelle ou affective, de la confusion entre deux personnes ou d'un besoin de contact physique, de sécurité.

Comment y faire face ?
- Manifester de la tendresse, c'est un facteur d'équilibre.
- Essayer de ne pas montrer votre gêne.
- Verbaliser votre désaccord en gardant votre calme en cas de comportement déplacé.